Zoom Rencontre avec Isabelle Anoh
Publi茅 il y a 2 mois Vues: 126

Ce mois d鈥檕ctobre consacrera la 12e 茅dition du festival de mode Afrikfashion show. La promotrice, Isabelle Anoh dans cette interview parle de l'茅v茅nement qu鈥檈lle r锚ve grandiose et dresse un bilan des 茅ditions pr茅c茅dentes.

Comment est née l’idée de créer un festival de mode ?

L’idée est née de la volonté de rassembler sur un même podium des stylistes aussi bien nationaux qu’étrangers. Tout est parti de l’émission télévisée ‘’Tendances’’ que j’animais. Au bout d’un an, nous pensions qu’il fallait aller au-delà en réunissant un maximum de créateurs sur un même espace. Ce qui pourrait positionner la Côte d’Ivoire comme capitale de la mode africaine. C’est comme ça que nous avons lancé la 1ère édition de Afrikfashion show qui a rencontré l’adhésion des populations. Ce qui d’ailleurs nous a encouragés à poursuivre et en faire un événement pérenne.

Quel bilan dressez-vous des onze éditions d’Afrikfashion ?

L’événement, il faut dire qu’il s’est amélioré au fur et à mesure des éditions. En dépit d’un budget pas trop grand, l’équipe organisatrice a gagné en termes de confiance vis-à-vis des créateurs, des partenaires. Nous pensons au bout de toutes ces éditions, avoir créé de l’émulation au niveau des événements de mode en Côte d’ Ivoire. Afrikfashion a surtout permis de faire la promotion des créateurs nationaux. L’événement avec l’appui des médias a laissé transparaître une meilleure image de notre pays.

Etes-vous satisfaite de la trajectoire qu’a suivie Afrikfashion ?

En termes de positionnement et d’adhésion des populations, je dirais oui. Mais pas entièrement satisfaite en parlant d’appui financier. Je ne m’attendais pas au départ à une adhésion totale de la population. Je peux dire que le festival Afrikfashion show a beaucoup plus de notoriété que l’émission ‘’Tendances’’. D’ailleurs, il est présenté comme le second plus grand festival de mode en Afrique de l’Ouest et figurez-vous nous avons remporté le prix du meilleur événement Afrique de l’Ouest. Sincèrement au début je n’avais pas imaginé que cet événement atteigne ce niveau. Il faut dire que les créateurs nous ont été d’un grand appui.

Que pensez-vous qu’Afrikfashion a apporté à l’univers de la mode en Côte d’Ivoire ?

Je pense qu’on a tous apporté beaucoup à la mode, pour le positionnement de notre pays comme capitale de la mode. La Côte d’Ivoire a retrouvé sa place de capitale de la mode africaine. Afrikfashion a permis de découvrir de nouveaux talents.

La Côte d’Ivoire peut-elle se vanter d’avoir une identité en matière de mode ?

Je dirais oui. D’un pays à un autre, le style de nos créateurs diffère. Pour nous qui côtoyons les créateurs, nous arrivons aisément à identifier l’origine d’une création. Tous utilisent les mêmes matières mais le style est tout de suite reconnu dans la coupe, la finition. En Côte d’Ivoire par exemple, il me suffit de regarder un bustier pour vous dire avec exactitude le nom du créateur. La mode ivoirienne a son identité propre.

Avec la perche que vous avez tendue à plusieurs jeunes créateurs, croyez-vous que la relève soit assurée ?

Sans aucune inquiétude je peux affirmer que la relève est assurée. L’édition précédente a été dédiée à la jeunesse et je vous avoue avoir été émerveillée par leur génie créateur. D’ailleurs ça a été l’édition la plus appréciée. Grand merci à tous ces jeunes créateurs pour leur touche.

Quel est le critère de choix des participants ?

Le choix se fait par un comité interne à l’organisation du festival. Ce comité est chargé de suivre les créateurs, pister en quelque sorte leurs activités, leurs créations. L’accent n’est pas mis sur les créateurs qui communiquent le plus mais plutôt ceux qui ont un travail de qualité. Hormis ça, il y a ceux qui sont aujourd’hui des icônes sans lesquelles Afrikfashion ne peut avoir lieu. Je veux parler des Pathé O… des modèles desquels pourraient s’inspirer ces jeunes.

C’est bientôt la 12ème édition d’Afrikfashion show. Qu’est-ce qui sera au menu ?

Cette édition aura pour thème ‘’Mode africaine : inspiration et créativité’. Ce thème s’explique par un constat qui est que l’Afrique a inspiré le monde. En termes de créativité l’on a remarqué que de plus en plus le pagne a dépassé les frontières de l’Afrique. Un travail bien accompli par les stylistes qui sont arrivés à faire entendre la voix de la mode au-delà des frontières du continent. Elle va regrouper 14 créateurs aussi bien nationaux qu’étrangers. Elle se tiendra le 7 octobre au palais des Congrès du Sofitel hôtel Ivoire avec une affiche entièrement rénovée et bien étoffée. Nous n’aurons que de nouvelles collections.

Un appel à lancer ?

Je voudrais plutôt remercier les ministères de la Culture et du Tourisme pour le regard particulier qu’ils portent sur la mode depuis quelque temps. Grâce à leur soutien, la mode s’insère de plus en plus dans les grands événements nationaux. Notre combat est celui de placer la mode à un niveau tel qu’elle soit incontournable de façon à permettre une meilleure expression de nos créateurs.