Zoom Little City: la ville miniature

Pour ces grandes vacances, les tout-petits ont été bien servis. Une ville à échelle réduite a été inventée pour leur plus grand plaisir : Little City..

Située à quelques encablures des ambassades de Russie et des Etats Unis, ‘’Little City’’ , entendez Petite ville est visible par une inscription sur le fronton qui supplante son entrée principale. Un sas de sécurité filtre les entrées sous le regard attentif des vigiles. Une fois la zone de sécurité franchie, vous êtes de plain-pied dans Little City. Bâtie sur une superficie de 3000 m2 , la ville des enfants n’a rien à envier à une ville réelle. Tous les services y sont représentés. Mais ici la particularité de la ville, c’est qu’elle appartient aux enfants. Ils y règnent en maîtres. Ils dirigent tous les services. Donc pas étonnant de voir un môme de 2 ou 3 ans jouant le rôle de policier, de médecin ou de commerçant.

Un concept que les initiateurs ont voulu particulier. Little City est née de leur volonté d’offrir aux enfants plusieurs types d’activités en un même lieu. Ce qui naturellement n’existe nulle part ailleurs. En plus de cela, à l’instar d’une vraie ville, on y trouve une garderie, une piscine et plusieurs autres loisirs. Responsabiliser les enfants Qui dans son enfance n’a pas rêvé d’incarner le héros d’un film ou d’une bande dessinée qu’il adorait? Ou encore qui n’a jamais rêvé d’être policier du fait de l’uniforme, la matraque et surtout le pistolet? Les exemples sont légion. Ce rêve, Little City s’est donné pour mission de le réaliser pour nos tout-petits.

En parcourant les rues de cette petite ville, l’on n’est guère étonné de voir des gamins d’à peine deux ans vêtus d’un uniforme de police ou de pompiste. Ils sont tout heureux dans ce jeu de rôle qu’on leur permet de vivre au quotidien. Une jour née durant chaque enfant a la possibilité d’incarner le métier de son rêve. Il y en a pour tous. Médecin, journaliste, banquier, pilote, stewart, hôtesse de l’air, agent de la CIE… Des professionnels ainsi qu’une trentaine d’encadreurs accompagnent les enfants dans cette passionnante aventure.

Ville imaginaire, Little City dispose de sa propre monnaie : le SIKA. Un mot que plusieurs ethnies du grand groupe ethnique Akan ont en commun pour désigner l’argent. C’est donc le SIKA qui est utilisé pour les transactions dans la petite ville.

Une touche éco-éducative

Les vacances à Little City, ce n’est pas que le loisir. Les initiateurs du projet ont associé à la distraction un véritable programme éducatif. Plusieurs ateliers sont pour ce faire organisés avec les enfants comme acteurs principaux où on leur apprend le respect de l’environnement. Ils sont instruits sur les conséquences du réchauffement climatique sur l’environnement et apprennent les comportements éco-citoyens à adopter. Mieux, les enfants sont soumis à un exercice, celui de reconnaître des plantes et aussi de pouvoir les planter. Un élevage de canard vient couronner la partie. De sorte à développer sait-on jamais chez ces gamins la fibre agro-pastorale. Il n’y a pas que l’environnement. L’art et la culture sont également enseignés aux enfants. Une façon de leur donner une vue d’ensemble sur certains éléments qui contribuent à l’épanouissement d’une nation. La grande attraction est l’atelier ‘’mon métier, ma passion’’. Le jeu consiste à inviter des professionnels d’un métier donné qui ont la charge d’instruire les enfants. L’idée pour les initiateurs du projet est de créer le déclic dans l’esprit des enfants pour aider éventuellement dans leur choix de métier à l’avenir. Un cours de danse sportive est offert par un coach aux parents ainsi qu’aux enfants sur des sonorités de tous genres.

Comme quoi Little City est une attraction aussi bien pour les enfants que pour les parents.