Zoom L'insalubrit茅 gagne du terrain

Abidjan, naguère perle des lagunes, perd de sa superbe au fil du temps. L’insalubrité envahit toutes les communes et le visage de notre belle capitale s’enlaidit.

Il est rare aujourd’hui de voir un caniveau propre. Difficile d’emprunter une voie sans apercevoir des eaux usées qui ruissellent. Les populations, hélas, contribuent à entretenir cet environnement malsain. Passagers de transports en commun, automobilistes ne s’abstiennent pas de balancer les peaux de bananes, coques d’arachides, tranches d’orange sucées ou encore du papier mouchoir par-dessus les vitres. Tout le monde s’y met. Le civisme a foutu le camp ! L’Etat quant à lui se démène comme un beau diable pour redonner à nos quartiers, communes et villes un meilleur visage. A preuve, toutes les structures étatiques dédiées à l’assainissement du cadre de vie ont été phagocytées par l’Agence de Gestion des Déchets (ANAGED). Celle-ci déploie ses agents dans le pays mais son action reste très infime. Il faut qu’en plus chacun s’y mette.

LE RECYCLAGE

Cette piste est bien connue de tous. Dans les pays développés, la tendance est aujourd’hui au recyclage qui renvoie à la célèbre pensée de Lavoisier ‘’rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme’’. En effet, c’est tout un challenge de pouvoir redonner une autre vie à nos déchets. De plus en plus de personnes se mobilisent et avec les moyens du bord tentent d’apporter leur touche à la préservation de notre environnement. Des peintres utilisent les déchets électroniques pour en faire des tableaux, certains fabriquent des engrais à l’aide des déchets et bien d’autres. Le recyclage est une économie a part qui permet à de nombreux africains de vivre. Pourquoi ne pas en faire quelque chose d’officiel… ?

Ici à Abidjan, quelqu’un a eu l’ingénieuse idée de construire une île flottante. En effet, à l’aide de bouteilles en plastique récupérées parmi les déchets, cette personne a créé un lieu touristique qui aujourd’hui profite à bien des personnes. Les exemples sont légion.

DES INITIATIVES CITOYENNES À SALUER

Il est clair qu’à lui seul, l’Etat ne parviendra jamais à endiguer le phénomène d’insalubrité. Devant le danger qu’elle représente aussi bien pour l’environnement que pour la santé de l’homme, certains citoyens ont pris des initiatives. Tel un effet de contagion, des organisations non gouvernementales ou des groupes privés se constituent munis de tout un arsenal pour combattre les ordures. Gants, râteaux, pelles, brouettes, sacs plastiques, et le compte est bon pour mener l’assaut contre les caniveaux, les endroits insalubres et les plages.

Eh oui ! Ces plages où nous aimons passer du bon temps se meurent faute d’entretien. Les immondices les ont envahies. Car ce sont les déchets des villes qui se retrouvent dans la lagune ou dans la mer et donc sur nos plages. Malheureusement, les poissons ou d'autres animaux se nourrissent de nos ordures les confondant avec de la nourriture. Ces petits animaux que nous les hommes consommons parfois. Imaginez le cercle dans lequel nous nous sommes nous-mêmes installés.

Désormais, ces bénévoles ont choisi d’agir et leur effet gagne de plus en plus de terrain, en témoignent les réseaux sociaux.

Vous aussi vous pouvez vous joindre à ces groupes de citoyens impliqués en évitant de jeter vos ordures dans le caniveau ou en participant aux actions de nettoyage des quartiers ou des plages.

Nous nous devons de protéger notre environnement pour offrir un avenir sain a nos enfants. Pensez-y la prochaine fois que vous lancerez quelque chose dans la rue ou dans le caniveau ! (Voir photo ci-dessous).