Zoom Interview avec Philippe ZOU, DG Startimes

La chaîne de télévision Startimes a organisé au mois de septembre une compétition de doublage de voix en français à Bouaké et Abidjan. Après ce concours qui fût une réussite, le DG, Philipe ZOU livre ses impressions.

Comment avez-vous trouvé cette première édition du concours ?

Il y a longtemps que nous nourrissions l’idée. Le constat, c’est qu’il y a eu de l’engouement pour une première édition. Les présélections de Bouaké et d’Abidjan peuvent en témoigner. Nous pensons pouvoir faire mieux, avec beaucoup plus de moyens.

Pourquoi avoir organisé un concours de doublage ?

Le métier de doubleur est méconnu dans ce pays. Nous avons choisi de le promouvoir en organisant ce concours. L’objectif pour Startimes, c’est d’offrir des métiers. Ce n’est qu’en 2016 que nous avons initié ces compétitions de doublage sur le continent notamment en langue swahili et haoussa. En français, c’est la toute première compétition. Nous avons de nombreux films en chinois qu’il faut impérativement doubler pour nos abonnés francophones. C’est donc l’autre raison pour laquelle le concours a été initié.

Quel avenir réservez-vous aux vainqueurs ?

Dix des candidats se sont démarqués au terme du concours. Nous avons prévu de les faire partir en Chine où se trouve le siège de Startimes pour une formation spéciale. Elle durera entre 3 mois et une année selon la disponibilité des candidats. Après cette formation, libre à eux de rester en Chine pour travailler chez Startimes ou de revenir en Côte d’Ivoire.